Est-ce que le zéro déchet coûte cher ?

Ce matin, en faisant mes courses au marché (en respectant les distances de sécurité, bien entendu), j’entends une conversation entre deux dames qui m’interpelle puisqu’elles parlent de zéro déchet.

L’une d’entre elle utilise des sacs en tissu réutilisables, et la deuxième s’interroge : est-ce que c’est pratique, combien est-ce que ça coute, etc.

Soudain, une phrase tombe qui ne manque pas de me poser question : « c’est bien joli tout ça, mais le zéro déchet, c’est une idée de bobo ! Je n’ai pas les moyens de faire du zéro déchet, moi ».

L’idée préconçue selon laquelle le zéro déchet reviendrait plus cher que les courses « conventionnelles » est tenace. Elle est d’ailleurs corollaire de plein d’autres idées préconçues qu’on retrouve concernant, par exemple, les produits bio, la cosmétique naturelle, etc.

Selon ces personnes, manger bien, et manger sain, couterait sensiblement plus cher, preuve en serait les comparatifs de tickets de caisse qu’on retrouve à foison sur le web et les réseaux sociaux.

Pourtant, mon expérience est bien différente : depuis que je réduis mes déchets, j’économise vraiment de l’argent et je m’alimente avec des produits de bien meilleure qualité.

Dans ce petit article, je vous propose mon retour d’expérience, et vous allez voir que le zéro déchet, c’est certainement le mode de vie le plus économique qui soit !

le prix du zéro déchet

Changer ses habitudes alimentaires…

Pour commencer, afin de dédramatiser l’affaire, je ne suis pas un modèle en matière de zéro déchet, et je ne me pose surtout pas en exemple de quoi que ce soit. Comme beaucoup, je fais simplement ce que je peux, et si j’ai eu envie à un moment de ma vie de créer ce blog, ou encore ma page ou mon groupe Facebook, c’est tout simplement parce que je n’avais personne autour de moi pour échanger avec bienveillance.

Lorsque j’ai démarré ma démarche, il y a maintenant une dizaine d’années, j’ai commencé par faire le bilan de mes habitudes alimentaires. Pour cela, j’ai appliqué une méthode assez simple : je me suis amusé à noter sur un carnet, en revenant des courses, le liste de ce que j’avais acheté. Cette méthode a priori contre-intuitive permet une chose incroyable : prendre conscience de ce qu’on achète.

Et, alors que je pensais être quelqu’un d’exemplaire (je n’ai jamais eu de voiture, j’ai toujours roulé à vélo, je privilégie le marché et le commerce de proximité depuis toujours, etc.), j’ai réalisé que mes listes de courses étaient catastrophiques. En gros, moins de 10% des aliments ne comportaient aucun emballage (même les anodins a priori, genre les autocollants sur les fruits).

Et j’ai également réalisé qu’une bonne partie de ces produits avaient des alternatives avec moins ou pas du tout d’emballage. J’ai la chance de vivre en ville, à Grenoble, et en plein centre ville : l’offre de marchés et de magasins en vrac est juste énorme. Changer mes habitudes ne nécessiterait aucun effort supplémentaire, juste, et c’est le plus difficile, une transformation de mes routines d’achat.

Je me suis donc fixé des objectifs simples et rationnels : de 10% je suis passé à 20%, puis à 30%. Aujourd’hui, je pense qu’on commencer à arriver aux 80%, mais c’est encore un travail de titan qui nécessite une attention de tous les instants.

La question des emballages vs produit net

Tout ça pour en venir à la question du prix. Je me suis effectivement rapidement rendu compte que mon panier me coûtait plus cher, en tous les cas au démarrage.

1 kilo de riz demi complet bio en vrac, c’est la vérité, coûte moins cher qu’1 kilo de riz en supermarché.

Mais il est bon de noter deux choses :

  • Le premier sera de meilleure qualité, plus nutritif
  • Il durera donc plus longtemps

En effet, le sentiment de satiété est beaucoup plus rapide avec un produit de qualité. Par conséquent, dans le même poids, il y a tout simplement plus de portions. Au final, dans 1 kilo de riz, j’ai facilement 2 à 3 portions de plus, ce qui rallonge sensiblement la durée de vis du produit.

Autre exemple, celui des produits suremballés : à priori, ils coûtent moins cher que les produits biologiques, par exemple, des yaourts. Mais au final, qu’achète-t-on vraiment quand on achète des yaourts ? Est-ce qu’on achète seulement du produit, ou est-ce qu’on paye aussi l’emballage ?

Quel est le prix du yaourt net ? Il est, lui, bien supérieur à celui d’un litre de lait en vrac que je vais moi-même transformer avec ma yaourtière. Bien entendu, avoir un mode de vie zéro déchet nous invite à retrouver le sens des choses fabriquées par soi-même. Ou encore par des artisans qui adoptent cette démarche dans leur production.

Mais n’est-ce pas aussi cela le zéro déchet ? Retrouver une démarche de modération, une véritable approche minimaliste ?

Un panier plus cher, a priori, mais qui dure bien plus longtemps…

Au final, mon panier est-il beaucoup plus cher ? Au début, oui, mais plus aujourd’hui, simplement parce qu’il dure bien plus longtemps.

Et aussi parce qu’il y a énormément de choses que je n’achète plus ! Ou que j’achète alors qu’elles me dégoûtaient auparavant ! 😉

Par exemple, je n’achète plus de gâteaux, je les fabrique et je prends beaucoup plus de plaisir à les manger.

De même, lorsque j’allais au marché auparavant, je triais beaucoup pour acheter les plus beaux fruits et légumes. Par contre, maintenant, j’achète souvent les bacs de dernière chance destinés à la poubelle et qui sont à très bas pris !

Les légumes et les fruits sont certes fripés, mais une fois cuisinés, sautés, transformés en compotes, etc. Ils sont tout aussi bons et représentent une économie de près de 80% par rapport au produit sur l’étalage.

Je vais au marché tôt le matin pour avoir du choix, et mon panier pour 2 ou 3 jours me coûte, au final, moins de 5€.

Bref, mon budget course est, à périmètre constant, inférieur aujourd’hui de 20 à 30%, et avec des produits de bien meilleure qualité.

Est)ce qu’adopter un mode de vie zéro déchet, c’est cher ? Non, au contraire ! Vous allez gagner de l’argent. Que vous pourrez soit économiser, soit utiliser pour acheter des produits de meilleure qualité.

Pour cela, un seul moyen : réapprendre à faire nos courses et à évaluer ce dont nous avons réellement besoin…

Auteur : Lionel Clément

Ma vie est à mon image, et c'est pour cela que je l'aime passionnément, en dépit des difficultés. Je suis convaincu qu'il est essentiel de transformer en profondeur notre rapport au monde et aux autres, et que j'ai la mission de montrer qu'un autre monde est possible, un monde où les hommes pourraient se respecter les uns les autres, et respecter notre planète.

Un commentaire

  1. Bonjour, je me retrouve dans votre démarche et pour le coup, j’habite à la campagne, ce qui nécessite davantage de déplacements en voiture pour accéder à du vrac, et donc par ricochet, peut-être un peu plus de volonté. Mais ça se fait. Cela prend du temps oui mais on en revient au même, ce sont des habitudes à faire évoluer petit à petit. Beaucoup de gens font une fixation sur le coût du zéro déchet et du mieux consommer parce que si on compare intrinsèquement des courses de supermarché avec des courses à l’identique en vrac et/ou bio, oui les courses de supermarché seront moins chères. Mais s’arrêter à cela est trop réducteur. La démarche zéro déchet implique nécessairement de réfléchir à sa consommation, de revenir sur ses habitudes d’achat de produits mauvais pour la santé, superflus… Et là, au fil du temps, on va se rendre compte des économies réalisées. Bref, cela prend du temps de prouver aux gens que l’économie est réelle. Il faut de toute façon le vouloir, sans cela, ça ne peut pas fonctionner. Les mentalités évoluent tout doucement, j’espère que l’explosion des circuits courts grâce au confinement perdurera même après…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.