Pourquoi j’ai commencé à fabriquer mon pain

Depuis quelques semaines, j’ai une nouvelle marotte… Et ceux qui me connaissent que lorsque j’ai une nouvelle marotte, ça peut rapidement devenir très dangereux car si j’accroche, je vais y consacrer quasiment TOUT mon temps !

Depuis quelques semaines, je fabrique mon propre pain, au levain naturel maison, comme il se doit, et je m’éclate ! Faire naitre son levain, le regarder évoluer au quotidien comme un petit Tamagoshi qu’il faut nourrir avec assiduité, choisir ses farines, prendre le plaisir de pétrir la pâte puis de la regarder pousser pendant des heures et des heures…

Fabriquer son pain est certainement la meilleure école de la patience qui soit, un peu comme le savon d’ailleurs, puisqu’avant qu’un savon soit vraiment utilisable, il faut attendre plusieurs semaines, voire même parfois plusieurs mois ! ❤

Dans ce petit billet, je ne vais pas vous expliquer comment fabriquer votre pain : je ferai d’autres billets pour cela car le sujet me rend très prolifique. Mais je voulais vous expliquer pour quelles raisons j’avais commencé à le fabriquer, et de quelle manière j’avais vraiment eu l’impression, ce faisant, de reprendre le pouvoir sur une dimension de ma propre vie.

fabriquer son pain levain naturel

Comment tout a commencé…

Je crois, comme beaucoup de monde, que cette crise sanitaire du COVID-19 a été pour moi un vrai déclic. Pas du tout parce que j’avais peur de manquer de quoi que ce soit : je ne suis pas du genre à stocker et accumuler de manière compulsive, ou en tous cas de moins en moins !

Non, le tout premier déclic, c’est qu’il fallait que je profite de cette période pour aller encore plus loin dans ma démarche zéro déchet, mais aussi dans le Do It Yourself. Il faut savoir que j’ai plusieurs vies professionnelles : la journée, je suis communiquant dans une agence de marketing, le soir, je gère mon blog, et le week-end, je suis savonnier artisanal.

Donc, forcément, je n’ai pas le temps, ou plutôt, je pensais que je n’avais pas du tout le temps de fabriquer quoi que ce soit avec mes mains, mis à part des trucs super simples.

Avec le confinement, je me suis dit que c’était le moment ou jamais de tenter les trucs dont je rêve depuis des années… Et dans les premières, si ce n’est la toute première, il y avait la fabrication du pain.

J’ai donc commencé à me documenter et c’est ainsi que la grande aventure de la panification a commencé.

Tout d’abord, apprendre à faire du pain avant de le fabriquer…

Et pour moi, cela signifie commencer à se documenter sur ma ressource préférée : les blogs !

D’emblée, j’ai fait le choix du pain au levain. Pas parce qu’on ne trouvait plus un seul morceau de levure de boulanger, mais parce que je me suis dit, à juste raison, que la seule vraie démarche zéro déchet, c’était celle-ci.

Dans un autre post, je vous expliquerai de quelle manière je fabrique mon levain, mais au démarrage, je me suis inspiré de l’excellentissime blog de Marie-Claire Frédéric, Ni Cru Ni Cuit.

Je ferai bientôt un article sur les blogs qui m’inspirent, mais Ni Cru Ni Cuit est LE blog qui a ouvert pour moi le plus d’horizons.

Il s’agit d’un blog dédié à l’alimentation fermentée, et c’est un de ceux qui m’a vraiment motivé à revenir à des savoir-faire ancestraux, plutôt que de céder à la solution de facilité en achetant de la levure de boulanger.

Une fois le levain fait, j’ai commencé à expérimenter les premières recettes… Bon, il faut savoir, si vous ne me connaissez pas, que je suis un psychorigide du visuel : pour moi, il faut que ce que je fabrique soit non seulement bon, mais aussi beau !

Sinon, je n’ai pas envie de l’utiliser, ou encore de le manger. C’est con, mais le plaisir des yeux m’est tout aussi essentiel que les autres plaisirs.

C’est d’ailleurs ce qui décourage beaucoup de personnes qui veulent devenir autonomes en fabriquant leurs produits elles-mêmes : elles se démotivent parce qu’elles n’arrivent pas à obtenir les résultats qu’elles espèrent.

Pendant ce confinement, j’ai suivi beaucoup de personnes qui se mettaient à fabriquer leurs aliments, et j’en ai vu certaines qui jetaient lorsque ce n’était pas suffisamment beau…

C’est une hérésie…

Même si ce n’est pas bon, ou pas beau, on ne jette pas car c’est du gaspillage ! On mange quand même, ou on recycle !

Par exemple, un de mes premiers pains, le troisième pour être exact, est ressorti plat comme une limande et dur comme une brique… Bref, complètement immangeable !

Plutôt que de le jeter, je l’ai fait tremper et je l’ai recyclé en pudding : un gâteau à base de pain rassi. Et bien le résultat était, cette fois, succulent !

Bref, même quand on rate, on ne gaspille pas, c’est essentiel… C’est le minimum que nous devons à notre Mère Nature qui nous a offert les ingrédients que nous avons utilisés.

Aujourd’hui, 10 mai 2020, j’en suis à un mois et demi de pain maison. Et je n’ai pas du tout envie de retourner à la boulangerie. faire mon pain est une activité qui me remplit de fierté, et, je peux vous l’assurer, dans un moment de ma vie où j’ai bien besoin d’en retrouver. Et plus les jours passent, plus je me dis que ces deux mois ont transformé ma vie bien plus radicalement que je l’imaginais…

Auteur : Lionel Clément

Ma vie est à mon image, et c'est pour cela que je l'aime passionnément, en dépit des difficultés. Je suis convaincu qu'il est essentiel de transformer en profondeur notre rapport au monde et aux autres, et que j'ai la mission de montrer qu'un autre monde est possible, un monde où les hommes pourraient se respecter les uns les autres, et respecter notre planète.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.